Les compteurs sous LaTeX

Les compteurs sont les outils qui permettent à \LaTeX de numéroter les pages, sections, formules etc. Beaucoup de compteurs sont donc définis nativement, et leur utilisation est en général transparente. Mais il est bon de savoir que l’on peut à tout moment appeler la valeur d’un compteur, la modifier et même définir ses propres compteurs.

 

Les compteurs par défaut

Leur nom se déduit généralement de la commande qui leur est associée.

Sectionnement

  • part
  • chapter
  • section
  • subsection
  • subsubsection
  • paragraph
  • subparagraph

Numérotation de page

  • page

Environnements

  • equation
  • figure
  • table

Notes en bas de page

    • footnote
    • mpfootnote (notes dans un environnement minipage)

Listes numérotés

  • enumi (premier niveau)
  • enumii (deuxième niveau)
  • enumiii (troisième niveau)
  • enumiv (quatrième niveau)

 

Afficher la valeur d’un compteur

Il suffit de mettre « \the », suivi du nom du compteur, pour afficher sa valeur. Exemple si on veut afficher le numéro de la page en cours :

\thepage

 

 

Personnaliser l’affichage du compteur

Vous pouvez imposer le style avec les commandes suivantes :

\arabic{compteur}
\roman{compteur}
\Roman{compteur}
\alph{compteur}
\Alph{compteur}

Le style arabic est celui utilisé par défaut (1, 2, etc). roman et Roman correspondent respectivement aux formats romain minuscule (i, ii, etc.) et majuscule (I, II, etc.). alph et Alph sont les styles alphabétiques en minuscule ( a, b, etc.) et majuscule (A, B, etc.). Ces deux derniers ne fonctionnent donc qu’entre 1 et 26.

Il existe aussi un style plus exotique : le style anglais pour la numérotation des notes en bas de page (entre 1 et 9) :

\fnsymbol{compteur}

qui donne (dans l’ordre) : ∗ † ‡ § ¶ ∗∗ †† ‡‡

La différence entre \arabic{compteur} et \thecompteur se remarque si compteur est « lié » à un autre compteur. Un compteur est lié à un autre si ce premier est réinitialisé lorsque le second est incrémenté. Par exemple dans la classe book, les figures sont numérotées en commençant par le numéro du chapitre. Ainsi, la deuxième figure du chapitre 3 est numérotée « 3.2 », et la valeur de \arabic{figure} est alors « 2 », tandis que celle de \thefigure est « 3.2 ».

 

 

Forcer la valeur d’un compteur

Si on veut imposer valeur à compteur :

\setcounter{compteur}{valeur}

Incrémenter compteur de pas :

\addtocounter{compteur}{pas}

Incrémenter compteur de 1, en réinitialisant les compteurs liés :

\stepcounter{cptr}

Ou :

\refstepcounter{cptr}

La différence étant que refstepcounter donne à la commande \ref{label} la même que \thecompteur (au lieu de \arabic{compteur}, vous suivez ?).

 

Définir ses propres compteurs

La commande pour définir son propre compteur (appelée « moncompteur ») est la suivante :

\newcounter{moncompteur}

Sa valeur initiale sera nulle. Si on veut de plus lier moncompteur à unautrecompteur :

\newcounter{moncompteur}[unautrecompteur]

 

 

Il est également possible de sortir la valeur numérique d’un compteur, notamment dans le but de le passer en argument d’une commande demandant une valeur entière ou décimale. Par exemple, si pour une obscure raison vous vouliez un espace horizontal proportionnel au numéro de page :

\hspace{\value{page}\parindent}

parindent étant la largeur d’un alinéa.

 

 

Pour aller plus loin

Vous pouvez faire un tour sur le Wikibook de LaTeX avancé (anglais), ou aller voir du côté des fiches de Bébert.

Les compteurs sous LaTeX
4.3 (85 %) 4 votes